lundi 16 avril 2012

BOLIVIE - Rurrenabaque : la Selva (4 jours 3 nuits) du 16/04 au 19/04

JOUR 1 

L'aventure Jungle commence aujourd'hui.
Nous partons avec l'agence Mogli (super sympathique) qui nous a vendu 4 jours de rêves pour 250 bls/jr/pers.

vers 10h nous prenons le bateau et 3 h de ballade sur le rio Beni parfois un peu turbulent. Nous laissons le parc Madidi de côté pour nous plonger dans la jungle plus à l'ouest et rejoindre la communauté Grédal formée par 10 familles et 50 personnes dont 80% d'enfants.
Nous partons à la rencontre de ce monde merveilleux : les perruches nous montent sur les épaules, les meilleurs pamplemousses du monde fraîchement cueillis dans les arbres, les papillons gigantesques aux couleurs fluorescentes, le délicieux fruit du cacao, la rencontre avec notre guide : Elvis (un natif de la forêt) et la visite de la communauté par l'un de ses membre qui ne se rappelle pas combien d'enfants il peut avoir...

Après le premier festin concocter par Jenny notre fabuleuse cuisinière, dans l'après-midi, Elvis nous guide jusqu'à notre premier campement à 10 min de la communauté. Nous installons pour la première fois notre bâche en guise de toit et notre moustiquaire (indispensable pour dormir dans la selva).
C'est ici que nous rencontrons pour la première fois les fourmis 24h. Les plus grosses de la jungle (environ 1cm et demi). Si une d'entre elle te mord, la douleur dure 24h et t'enlève un an de vie car elle te tue des globules rouges !!!

C'est rassurant tout ça ...

Nous partons en repérage pour un petit tour en forêt et nous familiariser avec ce nouvel environnement. Il y a quand même 2 ou 3 petites choses à savoir pour éviter les problèmes notamment remonter ses chaussettes sur son pantalon pour éviter que les fourmis rouges ne viennent te manger à la moindre pause comme cela est arrivée à la Doudouce au bout de 3 secondes de promenade...
Ne pas toucher n'importe quel arbre non plus car il en existe comme : El arbol del diablo (arbre du diable) qui constitue le lieux de vie des fourmis  de feu (hormigas del fuego). Ces fourmis ont été utilisées par les conquistadores espagnols pour torturer les indiens car les piqures de ces insectes procurent une forte sensation de brûlure au-delà de 10 piqûres cela devient dangereux pour la santé voir mortel. Ces fourmis ont également leur bon côté puisqu'elles permettent de guérir certains infirmités car la piqûre favorisent le développement du système nerveux.
Elvis nous passionne avec toutes ces histoires. Natif de la selva, il nous livre son expérience, sa vie  : il a même appris à écrire sur un champignon...La nuit tombe, nous sortons les frontales. Pas très rassurés de marcher de nuit dans cet environnement. La forêt chante : les grenouilles sont de sorties, les insectes bourdonnent dans nos oreilles et les araignées brillent dans la nuit telles des lucioles.

A noter : je sauve en an de la vie de Sophie en voyant la fourmi 24h qui se hisse sur elle !

Le soir venu, après un bon repas nous entamons un rituel à la Pacha Mama (notre chère terre Mère) pour lui demander la chance pendant ces 4 jours dans la jungle et dans nos vies respectives. La bougies se consume normalement  ce qui est bon signe nous offrons à la terre un peu d'alcool à 90°C et du tabac tout en mastiquant de la feuille de coca, du bois bandé mélanger à du bicarbonate de soude.




Un caïman



Elvis, notre guide coupant un fruit de cacao



 
Accueil dans la communauté Gredal par l'ancien chef





 


Un mata palo



JOUR 2

Au petit matin, nous prenons notre bain dans le petit lac en contre bas du campement tout en surveillant que les alligators ne s'approchent pas trop...
Et c'est parti pour 3h de marche avec les sacs sur le dos. Elvis nous ouvre le chemin à coups de machette. La sueur coule à flots sous nos tee-shirt à manches longues pour nous protéger de ces éternels moustiques.
Les pieds dans l'eau nous arrivons à une adorable plage de galets où coule tranquillement le rio. l'occasion pour nous de prendre un bain utile et mérité. Utile car il nous permet de nous rincer de la transpiration qui rameute toutes les abeilles du coin attirées par le sel. Restent les chaussures de Steph que les abeilles envahirons (attirées par l'odeur...)

Nous montons notre campement de A à Z, un petit coup de balai-branche, découpe de lianes et de branches, tout prend forme petit à petit. Les hommes partis chercher du bois reviendront avec un petit cadeau : une jolie tarentule rouge et noire endormie dans son nid. Cette espèce un peu plus agressive niche dans les arbres et non sous terre.
Elvis déroule la tige sur laquelle elle est posée et la réveille tout doucement. Voilà la liane entre nos doigts et cette araignée toute velue aussi !!!

L'après-midi c'est pêche, nous sortons quelques poissons chats que nous dégusterons le soir même grillés au feu de bois : un régal !
C'est une belle journée au bords du rio en écoutant les bruits de la jungle...
Pour le repas du soir quelques singes nocturnes nous accompagnent, perchés à la cime des arbres qu'ils secouent bien fort pour trouver de la nourriture.

Nous nous couchons lorsque quelques gouttes commencent à tomber mais elle se transforme bien vite en pluie torrentielle. Le Queridou sort courageusement de la moustiquaire pour relever la bâche qui nous sert de sol car nous commençons à prendre l'eau.

La meilleure pêcheuse du crew...

...et son poisson chat.
JOUR 3

Grosse surprise au reveil, le rio tranquille qui passait en contre bas de notre campement s'est transformé en torrent (le niveau a augmenté d'environ 1m) et a emporté avec lui les vêtement d'Elvis, qui grâce à sa canne à pêche récupérera un de ses tee-shirts resté accroché dans un arbre.
Une chance que nous ayons pensé la veille à récupérer nos affaires qui séchaient sur la berge...
L'eau du rio ne peut plus servir à cuisiner, trop de sédiment en surface, Elvis nous demande si nous souhaitons retourner vers la communauté mais nous préférons sacrifier un peu d'eau minéral qui nous reste à boire pour profiter de la superbe ballade qui nous attend dans la jungle sans les sacs cette fois.
Après un délicieux petit dèj' de Jenny : empanadas au fromage et beignets, nous nous enfonçons dans la forêt vers 9h30. En chemin nous goûtons aux spécialités du coins : les vers blancs qui vivent dans les noix de cocos (très juteux et bons si ce n'est la peau à avaler...). Elvis nous confectionne à l'aide de feuille (mojo) et liane (miti) un sac à bouteille. Nous découvrons en chemin l'arbre qui donne du lait, nous ramassons des graines de coco et celle del arbol caminante (arbre qui marche), découvrons de nouvelles fourmis (celle qui recouse, les cannibales et celles qui déchiquettent toutes les affaires si l'on s'approche trop près de leur habitat).
Un petit coucou au serpent Yope qui nous barrait le passage en nous regardant avec sa petite langue dehors...De beaux perroquets en haut des arbres bref 7h de ballade passionnante !
Le soir nous nous consacrons à l'apprentissage de l'artisanat local et confectionnons des bagues en noix de coco magnifiques grâce au talent de gravure de notre guide. Colliers avec dent caïman pour les garçon et en noix de coco pour les filles.
Belle surprise le soir venu, Jenny par je ne sais quelle magie, nous a préparé un délicieux gâteau à la crème de café : ça tombe bien comme ça on peut fêter l'anniv' du boubou en avance !

 


L'histoire des fourmis
Un petit escargot...









Artisanat
JOYEUX ANNIVERSAIRE BOUBOU (merci à Jenny pour la prouesse)



JOUR 4

Il est temps de lever le camps. Tous tristes et tous émus, nous arpentons le chemin du retour. C'est à grand regret que nous quittons cet endroit plus que magique où le sentiment de vivre en symbiose avec la nature était pour la première fois aussi saisissant.
Un dernier repas partagé dans la communauté et nous montons à reculons dans notre pirogue pour rejoindre Rurrenabaque.

Le soir c'est l'anniv' du Boubou, 29 ans, fêté au Mosquito avec caïpirinha et bien d'autres boissons...








































Petit dèj' de compète et la couleur naturelle de l'eau.


Hmmm, un ver de coco bien goûtu !

Une fourmi qui suture tes plaies dans la jungle

Un arbre qui donne du lait











Tristes : ON VEUT PAS PARTIR !!!







Aucun commentaire:

Publier un commentaire